Filière Électronique et l’Informatique Industrielle

L’évolution technologique des récentes années n’a pas fait qu’impulser un changement des habitudes de consommations. Elle a aussi et surtout offert un nouvel environnement d’apprentissage et de travail à la jeunesse notamment la création de nouvelles filières de d’étude. Électronique et l’Informatique Industrielle, Zagla en parle !

L’Électronique et l’Informatique Industrielle en abrégé EII est une filière technologique enseignée dans les universités publiques et privées du monde. L’électronique est une branche de la physique appliquée qui s’intéresse aux phénomènes de conduction électrique et aux équipements. L’informatique industrielle quant à elle est le pilotage des machines par des ordinateurs qui leur permettent de dialoguer et de fonctionner. Cette filière en vogue au Burkina est accessible aux détenteurs d’un Baccalauréat série scientifique C, D, F3 et équivalents.

L’EII, une assiette d’opportunités

Le titulaire d’un diplôme en Génie électrique option Electronique et Informatique Industrielle a une compétence technique qui lui permet d’analyser et de participer à la conception de systèmes et d’appareillage mettant en exergue les nouvelles technologies numériques et informatiques.

Ce domaine offre de nombreuses opportunités professionnelles à ces apprenants parmi lesquelles : l’automatisation industrielle, l’internet des objets (IOT), la maintenance prédictive, les systèmes embarqués, l’Intelligence Artificielle, le Machine Learning et même la cyber sécurité industrielle.

Obtenir des stages adaptés reste le principal défi

Bien qu’en vogue au Burkina Faso, la filière EII reste très peu développée. Certainement du fait qu’elle est à ses débuts. De ce fait, les étudiants peinent à trouver des opportunités de stage faute d’entreprise dans le domaine. Cependant, notons que ces récentes années, il existe des laboratoires électroniques à l’image de Orange Fab Lab et Wakat-lab à Ouagadougou et Bobo Dioulasso capable de recevoir les étudiants de ces filières pour des stages d’immersion et de de maturation de leurs projets.

Dans cette nouvelle ère où le développement durable passe forcément par le degré d’industrialisation de nos pays, avoir des professionnels de l’EII formés qualitativement et quantitativement peut être un gros plus.

Elielle Nikiema/Stagiaire

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

“Réseaux sociaux : la fabrique des Fakes News “

Next Post

Le décodeur connecté de Canal+, une révolution télévisuelle

Related Posts